Publié le 7 May 2012 - 10:02
FRANCE

L'Elysée se réveille avec un nouveau président

 

 
François Hollande est devenu dimanche le deuxième socialiste à accéder à l'Elysée sous la Ve République en battant Nicolas Sarkozy, mais, souligne lundi la presse, "le plus dur commence" pour le nouvel élu qui promet d'être "le président de la justice" et non celui de l'austérité.
 

Trente et un ans après la victoire de François Mitterrand, le candidat socialiste, grand favori du scrutin depuis des mois, obtient 51,67%, selon des résultats quasi définitifs (seules manquent les voix du million de Français de l'étranger). M. Sarkozy, avec 48,33%, échoue à décrocher un second mandat. La passation de pouvoirs devrait avoir lieu vers le 14 mai. La participation s'établit à 81,03%, taux inférieur au second tour de la présidentielle de 2007 (83,9%) mais supérieur à celui du 22 avril (79,5%).

A Solférino, au siège du PS, les milliers de sympathisants présents ont exulté dès le début de soirée. La clameur a été immense à la Bastille à 20h00. 

M. Hollande a notamment réalisé un résultat historique à Paris avec 55,60%. Dans son fief rural de Tulle, il obtient plus de 75% des voix.

Le nombre des bulletins blancs et nuls a par ailleurs dépassé 2 millions, soit environ 6% des votants, un des taux les plus élevés à une présidentielle sous la Ve.

 

Score presque identique à 1981

A 57 ans, François Hollande, qui n'a jamais exercé de responsabilité ministérielle et qui était donné battu à la primaire PS jusqu'à la mise hors course de Dominique Strauss-Kahn, accède à l'Elysée avec un score quasiment identique à celui du 10 mai 1981 (51,76%).

 

"L'austérité peut ne plus être une fatalité"

"Les Français viennent de choisir le changement en me portant à la présidence de la République", a lancé François Hollande devant environ 2.000 partisans réunis sur la place de la cathédrale de Tulle. Après un "salut républicain" à son rival, M. Hollande, l'air grave, s'est dit fier d'avoir été "capable de redonner espoir". "Est-ce que j'ai fait avancer la cause de l'égalité?" sera la question à se poser à la fin de son mandat, a expliqué le président élu. "L'Europe nous regarde, l'austérité peut ne plus être une fatalité", a-t-il prévenu.

 

Président de la jeunesse

François Hollande a ensuite rejoint dans la nuit les ténors du Parti socialiste, place de la Bastille, là où avait été célébré il y a 31 ans l'élection du premier président socialiste français, François Mitterrand. "Je vous ai entendu, j'ai entendu votre volonté de changement, votre force, votre espérance et je vous vous exprimer toute ma gratitude. Merci, merci, merci de m'avoir permis d'être votre président de la République", a-t-il déclaré. "Je suis le président de la jeunesse de France!", a-t-il lancé aux dizaines de milliers de personnes présentes. "Je suis le président de toutes les fiertés de France, le président de la justice en France", a-t-il ajouté.

Vers 2h30, la plupart des partisans de François Hollande avaient quitté la Bastille et le président élu était rentré chez lui dans le quartier Beaugrenelle (XVe).

 

Sarkozy plus jamais candidat

Premier à réagir, devant ses partisans de La Mutualité, Nicolas Sarkozy a indiqué dans un discours à la tonalité très personnelle avoir eu François Hollande "au téléphone" et lui avoir souhaité "bonne chance". "Je porte toute la responsabilité de cette défaite (...). Il me faut en tirer toutes les conséquences", a souligné le président sortant, suggérant qu'il se retirait de la vie politique: "Je resterai l'un des vôtres" "mais ma place ne pourra plus être la même (...), mon engagement sera désormais différent". "Je ne serai plus jamais candidat aux mêmes fonctions", avait-il annoncé plus tôt aux ténors de l'UMP réunis à l'Elysée, selon un ministre.

 

Reconstruction de l'UMP

A l'UMP, qui va entrer dans une zone de turbulences avec la lutte annoncée entre Jean-François Copé et François Fillon, l'après-présidentielle semble avoir déjà commencé, malgré les appels à l'unité de M. Sarkozy. "Il faudra une reconstruction en profondeur", a prévenu Laurent Wauquiez.

 

Législatives

Alors que la gauche dispose quasiment de l'ensemble des pouvoirs (exécutif, Sénat, régions, départements...), Jean-François Copé a décrété la "mobilisation générale" pour les législatives. Le PS et l'UMP sont au coude à coude pour le premier tour du 10 juin, selon divers sondages. La gauche est créditée de 26 à 35%, contre 30 à 33% pour l'UMP. Le FN est estimé à environ 18%. "Il faut donner une majorité au président de la République", a plaidé François Hollande à la Bastille.

AFP

 

Section: 
INTÉGRATION AFRICAINE : La ‘’teranga’’ gabonaise à Dakar  
COLONEL ABDOU AZIZ NDAW : ‘’La politisation de notre diplomatie est regrettable’’
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
Burkina Faso : « enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara
En devenant producteur de pétrole, « le Sénégal va avoir plus des marges de manœuvre pour transformer son économie »
AFFAIRE « AIRE GUINEE » : La Guinée lance une commission rogatoire contre Cellou Dalein Diallo
SUCCESSION DE MOUSSA FAKI À LA TÊTE DE L'UNION AFRICAINE : L'opposant kenyan Raila Odinga en pole position
MONTÉE EN PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT NATIONAL : La ‘’peur bleue’’ des immigrés en France  
Procès du massacre du 28-Septembre en Guinée : La défense de Moussa Dadis Camara tente de dédouaner l'ex-chef de la junte