Publié le 23 Feb 2024 - 10:50
PRÉSIDENTIELLE 2024

Amadou Ba, le silence intriguant

 

La stratégie du silence adoptée par Amadou Ba interroge ses proches et ses soutiens. Le Premier ministre semble avoir choisi de se mettre au-delà la mêlée, face aux attaques venant de son camp.

 

Depuis le report de la Présidentielle, Amadou Ba se mure dans le silence. Le candidat de Benno Bokk Yaakaar (BBY) a, de toute évidence, choisi la stratégie de l’autruche, suscitant une certaine gêne dans son entourage qui l’incite de plus en plus à sortir du bois ou à démissionner de son poste de chef de gouvernement. Ce départ ou démission pour ses soutiens, dont l’ancien député Cheikh Oumar Sy et le journaliste Mamadou Ibra Kane, s’expliquerait par le manque de soutien de son propre camp, notamment dans l’affaire de corruption de magistrats soulevée par le PDS.

D’autres soutiens vont même jusqu’à demander à l'ex-directeur général des Impôts et des Domaines de quitter les rangs de l’APR qui n’a pas témoigné des marques de soutien envers son candidat.

Derrière le discours des députés de la majorité qui mettent en avant leur volonté de blanchir leur candidat de tout soupçon, les proches d’Amadou Ba suspectent une volonté d’une partie de l’APR de vouloir remettre en cause la candidature de l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise. Amadou Ba n’a pas eu à bénéficier d’un congrès d’investiture pour le consacrer comme candidat de la majorité présidentielle, contrairement à son prédécesseur Macky Sall.

Mais le point de malaise le plus saillant est sans nul doute les accusations de corruption de magistrats. Ses proches parlent d’une ‘’affaire cousue de fil blanc’’.

Mais le fait est là que c’est un dossier qui a pour objectif de l’affaiblir. Ses partisans nient toute manœuvre venant de lui dans le sens de disqualifier la candidature de Karim Meissa Wade, demandant à ceux qui tiennent de telles allégations d’en apporter la preuve.

Surtout que les déclarations du ministre Mame Mbaye Niang semblent laisser croire que le candidat amadou Ba a du mal à insuffler une dynamique en vue de l'élection présidentielle. Le responsable ‘’apériste’’ avait même indiqué que les 90 élus locaux qui avaient parrainé le Premier ministre avaient retiré leur soutien à Amadou Ba. Des proches du chef de l’État s'inquiètent des capacités de l’ancien ministre de l’Économie et des Finances à gagner au premier tour. Il est aussi reproché à Amadou Bâ une certaine frilosité et un manque de préparation, surtout dans le domaine de la communication. Amadou Bâ, de son côté, semble sûr de son jeu.

Ainsi, ses proches ont rué dans les brancards pour dénoncer l’attitude de la majorité envers leur candidat.

Youssou Diallo, président du Club Sénégal Émergent et proche d’Amadou Ba, a validé cette stratégie de la patience et de la sérénité face à la vox populi. ‘’Amadou Ba est de nature discret et zen de caractère. Il est un homme d’État bien formé et a occupé des fonctions (DGID, MEFP, MAESE, PM). On ne l’a jamais entendu porter des accusations, même répliquer aux accusations les plus graves’’, s’exclame-t-il.

Avant de poursuivre : ‘’Au regard de la fonction d’État éminente de PM et de candidat de la majorité, il a su faire la part des choses pour ne pas diluer ses responsabilités d’État dans la politique politicienne. C’est pourquoi il ne peut pas surréagir à toute opposition et contradiction avec ses camarades de parti et adversaires politiques. La bonne stratégie, pour moi, est celle qu’il a adoptée, c’est-à-dire celle de rester dans la sérénité et le détachement, et de se mettre au service de tous les citoyens sénégalais’’, affirme-t-il.

Par ailleurs, certaines franges de l’APR espèrent qu’un affaiblissement d’Amadou Ba pourrait ouvrir la voie à d’autres candidats dissidents comme Boun Abdallah Dionne qui garde de nombreux soutiens au sein du parti. Des tensions au sein du Mouvement des femmes de l’APR, entre les partisanes restées fidèles à Macky Sall et celles qui roulent pour Amadou Ba ont été signalées ces derniers jours. Le premier groupe nommé a dénoncé l’attitude de Ndèye Saly Diop, accusée de gestion clanique et sélective du Mouvement national des femmes républicaines, au profit des militantes pro-Amadou Ba.

Cette crise au sein de la majorité risque de s’accentuer, à l’approche de la Présidentielle. Beaucoup de responsables de l’APR craignent que le report de voix du Parti démocratique sénégalais au second tour au profit du candidat de Benno risque de se réduire en raison du maintien de la candidature d’Amadou Ba. Ce dernier a été pointé du doigt par le PDS qui l’accuse d’avoir fait invalider la candidature de Karim Wade en corrompant les juges Cheikh Tidiane Coulibaly et Cheikh Ndiaye.

‘’Ces accusations sont sans fondement et l’Assemblée nationale a vite fait de se débarrasser du dossier désormais dans les mains de la justice’’, déclare le président du Conseil d’administration de la Sonacos avant d’ajouter qu’Amadou Ba est en phase avec le président Macky Sall et travaille pour aller vers l’élection présidentielle. ‘’Pour nous de la majorité, l’heure est au dépassement et à l’aplanissement de toutes les contradictions internes, à l’unité et au rassemblement et à la mobilisation derrière notre candidat Amadou Ba, qui est droit dans ses bottes pour remporter l’élection présidentielle au premier tour’’, renseigne-t-il.

Mamadou Makhfouse NGOM

Section: 
Dolel PIT
CONTRE L'EXTRÊME DROITE : Les francs-maçons de France appellent à un rassemblement le 18 juin
PIT SUR LES SORTIES D’OUSMANE SONKO : ‘’Ce qu’on attend du Premier ministre…’’
TENSIONS ENTRE PASTEF ET LES JOURNALISTES : Ousmane Sonko, les non-dits d’une relation amour-haine avec la presse
MIMI TOURÉ SUR LA PARTICIPATION DES FEMMES AUX ÉLECTIONS : ‘’Les femmes ne sont pas nécessairement porteuses de projets qui sont bons pour les femmes’’
APRÈS LES SORTIES DES POPULATIONS : Les ICS se lavent à grande eau
Mamoudou Ibra Kane
Thierno Bocoum
VISITE AU MARCHE À BÉTAIL DE DAHRA DJOLOF : ‘’Plus de 600 millions F CFA financés par le Fonstab n’ont pas été recouvrés dans la zone’’
POURSUITES JUDICIAIRES : Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime
« PROJET » PASTEFIEN : « A partir de septembre, le « Projet sera opérationnalisé », selon le député Ayib Daffé
KALIDOU SY, PROFESSEUR D'ANALYSES DE DISCOURS : ‘’La véritable efficacité d'un slogan dépend de la capacité des dirigeants à rester fidèles à ce mot d'ordre’’
‘’SOPI’’, ‘’NATANGUÉ’’, ‘’JUB, JUBAL, JUBANTI’’, ‘’FAST TRACK’’ : Les slogans comme arme de communication des régimes au Sénégal
ENTRETIEN AVEC GALLO TALL, PORTE PAROLE ADJOINT DU PDS : ‘’Karim a décliné des postes dans le gouvernement’’
RECOMPOSITION POLITIQUE : La méthode Amadou
CONSEIL DES MINISTRES : De nouveaux patrons pour la Senelec, Promoged, Petrosen Holding Sa, Aser, AEME…
ÉRADICATION DES ABRIS PROVISOIRES, DIGITALISATION INTÉGRALE DU SYSTÈME... : BDF veut rénover l'école sénégalaise 
Décret de répartition
MESURES INDIVIDUELLES : Les nominations en conseil des ministres
CONSOLIDATION DE LA PAIX AU SÉNÉGAL : Le Conseil interreligieux du Sénégal pour la paix  engage le combat