Publié le 10 Jan 2012 - 15:35
PRIME AU KORA D'OR 2010

''Chronique 2H'' clashe l'organisateur

 

Ça clashe grave sur African Kora Awards. Après la sortie de Mass et Gaïndé Fatma du groupe Black Diamonds pour dénoncer l’organisateur des African Kora Awards 2010 de ne leur avoir pas versé la somme gagnée en juin de la même année à Ouagadougou, c’est aujourd’hui au tour du duo de ''Chronique 2H'' d'allumer la mèche. Roso et Caïd comptent porter plainte contre l’organisateur, car en rentrant sur Dakar, le duo avait certes dans ses bagages le trophée, mais pas les 20 mille dollars soient près de 10 millions de F Cfa dans leur poche.

 

 

Du moins, c’est ce qu’ils ont fait savoir hier lors d’un point de presse au Centre culturel Blaise Senghor de Dakar. ''J’étais pris avec la préparation d’une compilation. Mais dès que je serai moins chargé, je compte porter plainte à l’instar de Black Diamonds'', a déclaré Caïd.

 

 

Cela dit, cette conférence de presse était un prétexte pour présenter aux journalistes la dernière production du label ''2H Music'', propriété du groupe. Le nouvel opus, titré ''New Era'' (nouvelle ère), comporte 31 titres et est une compilation regroupant des artistes de différents calibres. ''New'' et ''Old school'' (nouvelle et vieille écoles) s’y côtoient à l’instar de grands noms comme Rex, Mass de Black Diamonds ou encore de Books de Sen Kumpë et des anonymes comme Seven Shots ou Pm Daddy One.

 

 

Cette diversité s’explique par une commune volonté de montrer aux mélomanes que le rap doit aujourd’hui, musicalement se tourner vers d’autres horizons. ''On est des old school mais on croit au développement du hip-hop. Et depuis que le hip-hop existe au Sénégal, ce sont les mêmes rythmes qu’on entend. Il faut que cela change. Et nul ne peut nous faire croire que pour le changer, il faut des djembés ou autres'', a expliqué Rex. Comme pour dire qu’ils n’accordent pas foi aux dires de ceux qui soutiennent qu’il faut une touche traditionnelle au rap.

 

 

Haro sur les sponsors

 

En outre, cette compilation entend, selon le producteur, montrer ''aux sponsors que les rappeurs sont capables de se prendre en charge''. Et Caïd ne s’est pas gêné de cracher son venin en soutenant que les sponsors, malgré les multiples demandes des rappeurs, ne leur font pas confiance. Raison pour laquelle d’ailleurs, il n’a sollicité aucun partenariat financier pour cette production.

 

Bigué BOB

 

Section: 
RÉPARTITION DROITS AUDIOVISUELS : Un peu plus de 100 millions donnés aux artistes
CARAVANE NATIONALE MOBICINÉ : ‘’Le mouton de Sada’’ va faire le tour du Sénégal
RECHERCHES - TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS : Près de 500 enregistrements audio réceptionnés à l’Ifan
ALBUM REGGAE - CHANGEMENT CLIMATIQUE, MANIPULATION DE MASSE… : Mam J Ras Soul dénonce tout dans ‘’Mensonge’’
BAMAZI TALLE - COLLECTION DWELL : Cet artiste qui explore les traditions africaines
DANSE SPORTIVE : Douze jeunes pépites bénéficient du savoir-faire belge
PASSATION DE SERVICE AU GRAND THÉÂTRE : Le DG sortant liste ses réalisations
Hommage à Amadou Mahtar Mbow
Présentation de l'album "Poétesse" : Samira Fall sort 12 poèmes musicaux
PROFIL - RICH WANEH (RAPPEUR) : L’ambassadeur des cultures américaine et sénégalaise
CONFÉRENCE DE PRESSE CLÔTURE FESTIVAL DE JAZZ DE SAINT-LOUIS : Le nouveau directeur du comité d’organisation prône l’élargissement des perspectives
32e ÉDITION DU FESTIVAL DE JAZZ DE SAINT-LOUIS : Mansour Faye invite le ministère de la Culture à prendre en charge l’événement
‘’BEAUTÉ MAUDITE’’ DE NDÈYE MARIÈME DIOP : La célèbre chronique adaptée à l’écran
Ouverture Festival Jazz
BOB MARLEY
SAINT-LOUIS : 32e ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ L’appui de l’État attendu impatiemment
MATAM – LITTÉRATURE : Mamoudou Sidy Ba remporte le Prix Silima 2024
STLOUIS’DOCS 2024 : Le Grand Prix décerné au film ‘’Coconut Head Generation’’ d’Alain Kassanda
AVENEMENT DU PRESIDENT BASSIROU DIOMAYE FAYE : Le changement à la tête du Sénégal est « important » et « positif », selon le cinéaste Abderrahmane Sissako
NDÈYE SOUKEYNATOU DIOP, RÉALISATRICE DU FILM ‘’LÉBOU’’ : ‘’La pauvreté s’installe parce qu’on perd progressivement notre activité économique’’