Publié le 11 Mar 2012 - 16:09
ELECTION PRESIDENTIELLE - 2E TOUR

Adama Gaye : "Macky Sall doit aller jusqu'au bout pour installer une bonne gouvernance dans ce pays."

 

Macky Sall ne pourra pas tenir sa promesse d’une gouvernance transparente en cas de victoire à l’élection présidentielle, s’il veut ‘’fermer les yeux’’ sur la manière dont son prédécesseur Abdoulaye Wade a gouverné le pays, a déclaré dimanche le journaliste sénégalais Adama Gaye.

 

‘’Vouloir fermer les yeux sur ce qui s’est passé ces 12 dernières années en matière de mauvaise gouvernance, de transhumance politique, de détournement de deniers publics, de marchés [surfacturés], de création de structures parallèles dans le but de s’enrichir, d’utilisation de fonds publics dans des conditions problématiques, comme on l’a fait avec « les fonds de Taïwan », ça pose problème’’, a averti Adama Gaye, invité de l’émission Grand jury de la radio privée RFM.

 

‘’Si M. Macky Sall parle de bonne gouvernance et de transparence, c’est parfait. Mais, il ne faut pas qu’il y ait de limite. Il faut qu’on aille jusqu’au bout’’, a affirmé Adama Gaye, auteur du livre ‘’Chine-Afrique : le dragon et l’autruche‘’ (294 pages), publié en 2006 chez L’Harmattan.

 

Je ne voudrais pas verser dans la stigmatisation, non plus dans la chasse aux sorcières. Je l’ai dit très clairement, je ne vais pas essayer de faire des opérations ayant des relents de revanche. […] Je n’ai aucune revanche à prendre sur qui que ce soit’’, a déclaré M. Sall, lors d’une conférence de presse, après le premier tour de l’élection présidentielle.

 

Il a cependant promis, en cas de victoire au second tour, de ‘’faire l’état des lieux’’ de la gestion du pays par le président Abdoulaye Wade, dont il était le Premier ministre, d’avril 2005 à juillet 2007.

 

‘’Maintenant, si nous prenons le pouvoir, la première mesure à prendre, c’est de faire l’état des lieux, c’est-à-dire analyser, auditer les comptes de la nation, connaître le niveau d’engagement du pays, le niveau de la dette, des finances, des avoirs extérieurs du pays’’, avait-il dit.

 

Pour le journaliste et chercheur sénégalais,‘’Ça devient problématique si Macky Sall commence à faire comme Wade. Tout ce qui est déchet de ce régime de Wade pourra aller chez lui et continuer avec les moyens financiers financiers acquis dans des conditions douteuses de perturber, pour ne pas dire torpiller, la démocratie dans ce pays’’.

 

Il est d’avis que ‘’le Sénégal ne pourra pas prendre un nouveau départ et un envol solide, si l’on ne remet pas toutes les cartes sur la table’’, en cas d’alternance du régime actuel.

 

‘’Je pense qu’il faut qu’il aille jusqu’au bout de cette logique’’, a-t-il ajouté, réclamant à l’adversaire de M. Wade une ‘’reddition des comptes, pour qu’on sache qui a fait quoi’’ sous le magistère du président sortant, en cas d’alternance au pouvoir.

Section: 
SIGNATURE DE CONVENTION INTERMINISTÉRIELLE : Mabouba Diagne et Khady Diène Gaye promeuvent les fermes agricoles
REMOUS AU SEIN DE L’ALLIANCE POUR LA RÉPUBLIQUE (APR) - MACKY SALL VS AMADOU BA : Guerre de leadership au sommet des Républicains
JOURNALISME ET POLITIQUE AU SÉNÉGAL : Les liaisons dangereuses
VISITE DE DIOMAYE FAYE EN FRANCE : Les chantiers du New Deal
Dolel PIT
CONTRE L'EXTRÊME DROITE : Les francs-maçons de France appellent à un rassemblement le 18 juin
PIT SUR LES SORTIES D’OUSMANE SONKO : ‘’Ce qu’on attend du Premier ministre…’’
TENSIONS ENTRE PASTEF ET LES JOURNALISTES : Ousmane Sonko, les non-dits d’une relation amour-haine avec la presse
MIMI TOURÉ SUR LA PARTICIPATION DES FEMMES AUX ÉLECTIONS : ‘’Les femmes ne sont pas nécessairement porteuses de projets qui sont bons pour les femmes’’
APRÈS LES SORTIES DES POPULATIONS : Les ICS se lavent à grande eau
Mamoudou Ibra Kane
Thierno Bocoum
VISITE AU MARCHE À BÉTAIL DE DAHRA DJOLOF : ‘’Plus de 600 millions F CFA financés par le Fonstab n’ont pas été recouvrés dans la zone’’
POURSUITES JUDICIAIRES : Ousmane Sonko menace les dirigeants de l’ancien régime
« PROJET » PASTEFIEN : « A partir de septembre, le « Projet sera opérationnalisé », selon le député Ayib Daffé
KALIDOU SY, PROFESSEUR D'ANALYSES DE DISCOURS : ‘’La véritable efficacité d'un slogan dépend de la capacité des dirigeants à rester fidèles à ce mot d'ordre’’
‘’SOPI’’, ‘’NATANGUÉ’’, ‘’JUB, JUBAL, JUBANTI’’, ‘’FAST TRACK’’ : Les slogans comme arme de communication des régimes au Sénégal
ENTRETIEN AVEC GALLO TALL, PORTE PAROLE ADJOINT DU PDS : ‘’Karim a décliné des postes dans le gouvernement’’
RECOMPOSITION POLITIQUE : La méthode Amadou
CONSEIL DES MINISTRES : De nouveaux patrons pour la Senelec, Promoged, Petrosen Holding Sa, Aser, AEME…