Publié le 17 Jun 2022 - 20:06
FÊTE DE LA MUSIQUE - JAHMAN, SAMBA PEUZZI, DIP, DIEYLA ET CIE AU PROGRAMME

La nouvelle scène  à l’honneur

 

La nouvelle scène sera à l’honneur, ce 21 juin, à l’occasion de la Fête de la musique. Jahman, Samba Peuzzi, Dip, Dieyla, entre autres, se produiront pour le grand bonheur du grand public. Néanmoins, la présente édition, qui a pour thème ‘’Développement des arts vivants’’, offre une programmation riche dans laquelle toutes les sensibilités et toutes les générations se retrouvent.

 

La reprise n’était pas au top, l’année dernière, après le coup dur de la crise Covid-19. Mais cette année, la Fête de la musique, fixée à la date du 21 juin, promet. Elle revient en force avec une programmation qui met en avant la nouvelle scène. Il s’agit de musiciens qui sont les plus écoutés sur l’ensemble des plateformes de diffusion : Jahman, Samba Peuzzi, Dip et Dieyla, entre autres.

Mais les organisateurs entendent offrir une programmation riche dans sa diversité, pour que toutes les sensibilités et toutes les générations s’y retrouvent. ‘’Tous les genres musicaux sont intégrés. Il faut éviter que les gens disent que c’est une affaire de mbalax ou c’est la fête du hip-hop’’, a expliqué Daniel Gomes. ’’C’est vrai qu’on va  mettre des têtes d’affiche. On ne mettra pas en oubli des musiciens tout simplement parce qu’une génération ne les a pas connus'', a-t-il poursuivi.

Cette édition est à un niveau supérieur. Au lieu de six  plateaux à Dakar, onze sont prévus. Il y aura aussi des scènes au niveau des communes, puisque les collectivités territoriales ont pris aussi leur part de compétences transférées. ‘’À travers le dispositif ou l’outil que l’Association des techniciens du Sénégal nous apporte, nous avons les moyens d’encourager les collectivités locales à fêter la musique avec les artistes de leur localité’’, a assuré le président du Comité national d’organisation de la Fête de la musique,  Ousmane Faye.

Cette année, la célébration est placée sous le thème du ‘’Développement des arts vivants’’. Un thème qui a son sens pour les politiques au Sénégal, parce qu’il est choisi dans un contexte de réforme.

En effet, il intervient au moment où l'on parle de statut de l’artiste et des professionnels de la culture. Ainsi,  les acteurs ont réclamé un fonds pour le développement de ces arts vivants. Mais pour Ousmane Faye, il va falloir structurer le secteur d’abord. ‘’Nous sommes d’accord avec nos amis de la danse et nos amis du théâtre, et tous les autres acteurs qu’il y a matière à réfléchir pour voir comment nous pouvons aller ensemble et porter ce plaidoyer. Parce qu’il est temps que ce sous-secteur de la musique soit appuyé pour tout le rôle qu’il joue pour la créativité et pour l’expression, qu’il soit appuyé structurellement’’, a-t-il indiqué.

‘’Cela ne veut pas dire que ce secteur  n’est pas appuyé. Parce qu’en tant que porteur de projet, nous trouvons une disponibilité au niveau du ministère de la Culture à travers la Direction des Arts. Des projets  sont soutenus, appuyés, mais cela ne peut être suffisant, s’il n’y a pas de structuration. Il faut structurer cet appui-là  à travers un dispositif qu’il faut mettre en place’’, a-t-il poursuivi.

Ainsi, estimant qu’il faut s’unir même  dans la diversité, il invite les acteurs culturels à s’inspirer de l’intelligence du Fonds des cultures urbaines (FDCU) dans lequel il y a différents composants. ‘’Il y a un seul fonds des cultures urbaines. Un guichet unique qui regroupe toutes les activités en un seul fonds et qui, dans ses critères, apporte des appuis à l’ensemble des porteurs de projet et des entreprises’’, dit-il donnant le FDCU en exemple. ‘’C’est la même chose et il nous faut nous inspirer de ce dispositif qui existe déjà et qui fera que chacun devra déposer un projet  pour bénéficier de cet appui. On trouvera son répondant en termes de composantes dans le dispositif qui sera mis en place’’, a insisté Ousmane Faye.

Néanmoins, ce dernier note que la culture est financée par l’argent du service public, mais aussi par l’investissement des acteurs. Pour lui, l’action culturelle et l’entreprise culturelle doivent aller ensemble pour mettre en place l’accès à la démocratisation à la culture.

Pour sa part,  Louis Ndione de la Direction des Arts a soutenu qu’un fonds d’aide à la culture est déjà sur place. Il a rassuré l'assistance qu'un travail est en train de se faire pour un fonds dédié au développement des arts vivants.

BABACAR SY SEYE

Section: 
ITW - SATOU BAMBY (ARTISTE-MUSICIENNE) : "Je veux être dans les annales comme Youssou Ndour et Coumba Gawlo"
DIARRA SOW, DIRECTREUR GENERAL DE L’OFFICE DES LACS ET COURS D’EAU : Une spécialiste de la gestion intégrée des ressources en eau aux commandes de l'Olac
Le Festival de jazz de Saint-Louis accueille des artistes de renom
PORTRAIT DE PAPE ALÉ NIANG : Itinéraire d’un journaliste insoumis  
AICHA BA DIALLO, ACTRICE : Une étoile à l’écran
SORTIE DE L’ALMBUM ´´SSP’´ : Omzo Dollar entend corriger les jeunes rappeurs
NOUVEL ALBUM DE CARLOU D : Le ‘’Baye Fall’’ surfe sur les sommets
DEUXIÈME ALBUM DU PIONNIER DE L'URBAN GOSPEL : Scott s’ouvre à de nouvelles sonorités
COMPILATION ‘’DEFATI DARA’’ : Gaston regroupe vingt-neuf artistes
APRÈS UNE LONGUE ABSENCE : Dip revient avec ‘’LFLF’’
MAGGY MAMY, SLAMEUSE, AUTEURE DE LA TRILOGIE "ELLE.S'' : Un coup de maître
NOUVEL ALBUM : Adiouza met à exécution son ‘’Plan B’’
PREMIÈRE ÉDITION DE TRACE AWARDS : Le triomphe de Viviane Chidid
38e ANNIVERSAIRE DU DANDE LENOL : Baaba Maal invite les mélomanes au Grand Théâtre
MUSIQUE : Khady Pouye, artiste dans l’âme
SISTER LB (ARTISTE RAPPEUSE) : L’avocate des femmes
RENTRÉE 2023-2024 – ‘’GRAINE DU POUVOIR’’, ‘’ÉCHÉANCES’’, ''MARIAMA'', 'POLYGAME''... Des fictions pleines de rebondissements, d'émotions et de rires sur Sunu Yeuf
ENGAGEMENT ET DIPLOMATIE Baaba Maal au Sommet annuel des Nations Unies
OBSÈQUES DE JEAN-PAUL D’ALMEIDA : Fly high, Angel JP
Jp D’Almeida