Publié le 21 Mar 2012 - 12:29
FACE-A-FACE TÉLÉVISÉ WADE-MACKY

Le grand rendez-vous manqué

 

L’annonce d'un face-à-face Wade-Macky avait suscité beaucoup d’intérêts chez les Sénégalais. Mais le débat télévisé tant attendu entre le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar et celui des Fal 2012 n’aura manifestement pas lieu. Ce, au grand dam des électeurs qui, à la place d’un débat d’idées, ont eu droit à un débat au ras des pâquerettes, si ce ne sont pas des attaques au bas de la ceinture via leurs seconds couteaux.

 

À qui profite le statu quo ? Au niveau de la coalition Benno bokk yaakaar en tout cas, le débat n’est plus à l’ordre du jour. Joint par téléphone, El Hadji Hamidou Kassé, patron du Pôle communication de ladite coalition, renvoie EnQuête à l’interview qu’il avait accordée à nos confrères de L’Observateur. ''Nous connaissons le profil psychologique de celui qui est en face. Nous connaissons ses points forts et ses points faibles. Nous avons toutes sortes de données sur le candidat, sur le type de discours, ce que l’on appelle la grammaire du discours de Me Wade'', avait-il déclaré. Puis d’ajouter : ''Nous savons ce qui peut l’énerver. Nous avons une liste exhaustive de ce que l’on appelle les dossiers critiques, c’est-à-dire sur quoi nous pouvons l’interpeller.

 

 

Ibrahima Sall : ''On a conseillé à Macky de ne pas le faire''

 

Mais nous avons surtout notre programme''. Malgré tout, Macky Sall n’affrontera pas le président sortant devant les caméras de télévision car, estime El Hadji Kassé, le faire reviendrait à le ''reconnaître comme candidat à la présidentielle alors que ce dernier a fait du forcing''.

 

 

El hadji Amadou Sall : ''Macky Sall a peur de défendre son programme''

 

Pourtant, lors d’une conférence de presse tenue le 29 février 2012 à l’hôtel Terroubi, Macky Sall avait déclaré qu’il était prêt à débattre avec Wade. Pourquoi cette volte-face ? Ibrahima Sall, président du Pôle programme justifie : ''Macky Sall est entouré de conseillers. Lorsqu’ils estiment que ce débat n’est pas opportun, ils lui déconseillent de le faire''. Plutôt que de faire dans ''l’événementiel'', le leader du Mouvement pour la démocratie et les libertés (MODEL) pense que son candidat préfère ''décliner son programme aux populations comme il l’a fait depuis le début de la campagne''.

 

Pour Me El Hadji Amadou Sall, porte-parole du candidat Abdoulaye Wade, ces arguments ne sont qu’un ''prétexte'' pour éviter le face-à-face avec son leader. ''Macky Sall a peur de défendre son programme, dit Me Sall. Notre candidat a démontré qu’il était disposé à débattre avec lui''.

 

 

Yoro Dia : ''S’il y avait débat, Wade allait regarder Macky Sall comme son disciple''

 

Quoi qu’il en soit, les deux candidats ''ont raté l’occasion de prouver à l’opinion internationale la grandeur de notre démocratie'', pense Yoro Dia, journaliste politologue. ''À l’instar de ce qui se passe aux États-Unis entre les Républicains et les Démocratiques, ce débat aurait permis aux Sénégalais de connaître le programme de chaque candidat, surtout sur le conflit casamançais'', explique-t-il. De l’avis de notre confrère, Macky a tout à gagner dans l’absence de ce face-face avec le candidat Wade ''qui n’a rien à perdre''. ''S’il y avait débat, Abdoulaye Wade allait regarder Macky Sall non pas comme son challenger, mais comme son disciple à qui il a tout donné. Il n’hésiterait pas à sortir des choses contre lui. Et cela pourrait faire mal à Macky Sall''. En revanche, ''si Abdoulaye Wade perd son sang froid et que Macky Sall garde sa sérénité, il pourrait sortir de ce débat victorieux''. À l’avenir, Yoro Dia suggère que le débat télévisé soit ''obligatoire'' au second tour de la présidentielle.

 

Pour rappel, en 2000, le débat télévisé entre le candidat Wade et le président sortant Abdou Diouf s’était aussi posé. Si le premier nommé, très sûr de lui, avait hâte d'en découdre, le second lui, n’avait pas voulu de ce débat. Les Sénégalais en furent très déçus.

 

Section: 
NOMINATION DE NOUVEAUX PCA DANS LA FONCTION PUBLIQUE : Une fonction stratégique souvent méconnue
REMISE DU RAPPORT DES DÉPUTÉS SUR LA MODIFICATION DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE, AUJOURD’HUI : Les députés ‘’passent le témoin’’ à Amadou Mame Diop
NOMINATIONS DE PROCHES ET DE PARENTS DANS LES POSTES DE RESPONSABILITÉ : Le népotisme, une tradition ‘’républicaine’’ bien ancrée au Sénégal
ASSAINISSEMENT DE LA PRESSE : Mamadou Thior redemande la publication de la liste des médias en règle
RÉFORMES DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE : Les députés en conclave, la fumée blanche attendue aujourd’hui
JEUNESSE ET CITOYENNETÉ : Les Vacances citoyennes agricoles lancées hier à Roff
SÉANCE PLÉNIÈRE DU PARLEMENT DE LA CEDEAO : Guy Marius Sagna, le trublion qui bouscule le statu quo
RÉFORMES ET CHAMBOULEMENTS DANS LES AMBASSADES ET CONSULATS : Le Projet du grand remplacement au sein du personnel diplomatique
DÉMISSION DE JOE BIDEN : Kamala Harris prend le relais et l'Afrique suit de près
Abdou Latif Coulibaly
FONDS POLITIQUES ET SPÉCIAUX DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE : Le « trou noir » dans l’architecture de la finance publique
FONCIER À THIÈS : Le collectif de Mbour 4 demande la levée de la suspension des activités sur leur site
LOGEMENT SOCIAL : Une priorité pour le gouvernement
AMINATA TOURÉ BROCARDE LES OPPOSANTS DU DUO DIOMAYE-SONKO : La stratégie du bouclier et du glaive
THIERNO BOCOUM, PRÉSIDENT DU MOUVEMENT AGIR : "On a un président par intérim "
KOLDA/ BÉNÉFICIER DES INFRASTRUCTURES SOCIALES DE BASE DE L’ÉTAT : Les populations de cinq localités de la commune de Saré Bidji réclament un lotissement
THIÈS - APRÈS LA DÉCLARATION DE BDF : Les ouvriers réclament leur part de Mbour 4
ÉLECTIONS AU SÉNÉGAL : Les acteurs se penchent sur les plaies du système
SAINT-LOUIS : GOUVERNANCE DES RESSOURCES NATURELLES EN AFRIQUE : L’AJA pour une plus grande implication des citoyens
CENT PREMIERS JOURS ET FACE À LA PRESSE DE DIOMAYE : L’APR sans gants