Publié le 16 May 2023 - 13:22
MANIFESTATIONS PRO-SONKO À ZIGUINCHOR

Néma Kadior a vécu une journée cauchemardesque

 

Les violents affrontements entre les forces de l’ordre et des manifestants pro-Ousmane Sonko ont fait un mort du côté du Groupement mobile d’intervention, une dizaine de blessés et des arrestations. Un incendie s’est déclaré, vers 20 h, au niveau de l’Alliance française de Ziguinchor.

 

Le chaos a été évité de justesse, hier, à Ziguinchor. Alors qu’au niveau des autres quartiers de la capitale méridionale du pays les populations vaquent à leurs occupations quotidiennes, malgré la vive tension qui était perceptible, le quartier Néma Kadior où habite le leader de Pastef, Ousmane Sonko a vécu le jour le plus sombre de son histoire. Circonscrit entre le village artisanal, l’hôpital de la Paix, l’Alliance française, le commandement de la zone Sud, le quartier Yamatogne, l’hôtel Néma Kadior et la compagnie de gendarmerie de Néma, ce quartier pourtant paisible, s’est vite retrouvé dans le chaos total, hier.

La veille déjà, de nombreux militants de Pastef, notamment des jeunes et des femmes, ont convergé vers la ‘’Maison-Blanche’’, demeure d’Ousmane Sonko, pour s’ériger en bouclier de leur leader.

Ces derniers ont profité de la nuit pour barricader le secteur avec comme objectif empêcher toute tentative ‘’d’extradition’’ vers Dakar de leur leader. Ce ‘’blocus’’ a lourdement impacté la circulation des biens et des personnes dans cette zone qui, par ailleurs, abrite le lycée Djignabo.

Voulant lever le ‘’blocus’’, les forces de l’ordre ont fait face à une forte ‘’résistance’’ de manifestants, toute la journée durant. Alors qu’ailleurs, un calme plat régnait dans la ville, même si certains commerces ont baissé rideaux. Entre lacrymogènes, jets de pierres, pneus brûlés, un élément du GMI, répondant au nom de Hassim Diédhiou, n’a pas survécu à ses blessures, suite à ‘’un tragique accident causé par un char de la police qui est passé sur ses pieds au moment d’une manœuvre. À cause d’une forte hémorragie, il n’a pu tenir et est décédé par la suite’’.

Dans la note, il est dit que ‘’Hassime Diedhiou était reconnu pour son dévouement et son courage exemplaires. En ces temps difficiles, le Sénégal perd un homme dévoué, un héros du quotidien. Sa perte dans l'exercice de ses fonctions est une tragédie dévastatrice pour sa famille, ses collègues et l'ensemble des forces de défense et de sécurité (FDS)’’.

En outre, le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome, a salué ‘’le courage et le dévouement quotidiens des forces de défense et de sécurité qui risquent leur vie pour assurer la sécurité des citoyens’’.

L’Alliance française n’a, elle aussi, pas échappé à ce chaos. Un incendie s’est déclaré dans ce joyau contigu au commandement de la zone militaire n°5 (Comzone). La radio communautaire Kassoumay FM a elle aussi subi les foudres des manifestants.

Les responsables de Pastef/Ziguinchor, face à la situation, ont convié la presse à une rencontre. En présence d’autres responsables politiques venus de Dakar prêter main-forte à Ousmane Sonko. Parmi eux, Cheikh Tidiane Dièye, Biram Soulèye Diop, Malick Gackou et Aïda Mbodj.

Pour cette dernière, ‘’Ousmane Sonko est victime de sa popularité’’.

Par ailleurs, les leaders de Yewwi Askan Wi présents à cette conférence de presse se sont insurgés contre ‘’un Sénégal en danger’’ et ‘’un État de droit en putréfaction très avancé’’. Exprimant leur soutien et solidarité totale à Ousmane Sonko, ils ont ‘’appelé au combat pour la démocratie’’. Un ‘’combat pour la restauration de la démocratie’’, disent-ils, qui se ‘’fera dans la rue’’.

MANIFESTATIONS À PIKINE

Le magasin Auchan pillé, Intifada entre les jeunes et les policiers

Comme lors des évènements de mars 2021, le magasin Auchan de la ville de Pikine n'a pas échappé, hier, à la furie des jeunes.

En effet, des manifestants l’ont pillé et vidé de son stock. En sus de cela, le magasin mitoyen qui servait de réserve a été aussi vidé. Certains, pour emporter le maximum de produits avec eux, avaient pris des charrettes. Cela s’est passé aux alentours de 17 h, après la prière de ‘’takussan’’.

Non loin de là, à hauteur de la station Puma, ce fut une vraie Intifada. Des jeunes rivalisent d'ardeur en lançant des pierres face à des policiers qui ripostent par une salve de lacrymogènes. Deux voitures anti-émeutes étaient dans les parages pour libérer la circulation qui était fluide. Cette situation a duré des heures. Elle a poussé les habitants de la cité Icotaf à se terrer dans leurs maisons et d'inhaler du gaz lacrymogène avec son lot de conséquences surtout pour les bébés qui n’ont eu de cesse de pleurer jusqu'à inquiéter leurs parents.

Sur la route de Taly Bou Bess, non loin du marché Syndicat, les jeunes y ont brûlé des pneus avant de barrer la route. Tard dans la soirée, un groupe de personnes âgées a été aperçu en train d'évacuer les grosses pierres.  C'est la même situation qui est aussi constatée à Bountou Pikine, non loin de la Brioche dorée.

Pendant tout ce temps, l’électricité a été coupée dans certaines zones. Du noir et du gaz lacrymogène dans l’air, c'était le triste sort que cette partie de la banlieue a vécu hier pendant plusieurs heures.

Ce qui rendait la tâche difficile aux flics est que les jeunes en petits nombres se cachaient dans les ruelles.

Un tour du côté de la station EDK, en face de l'autopont Technopôle a permis de constater que les dirigeants ont pris les devants en fermant boutique. C'est la même situation dans plusieurs marchés où les commerçants ont baissé rideaux quand ils ont senti la manif venir.

MANIF BOURGUIBA

Auchan Castors échappe à la furie des manifestants

Si Auchan Pikine a été pillée et brûlée, la boutique de l’enseigne française à Castors a échappé de peu à la furie des manifestants. Faute de pouvoir accéder à l’intérieur du magasin, les manifestants ont allumé un feu devant la boutique. Une voiture de police a rallié le lieu dare-dare et a dispersé les manifestants.


KEUR MASSAR

Le dépôt de bus Dakar Dem Dikk mis à feu

La société nationale de transport Dakar Dem Dikk stockait des bus en panne, ‘’irrécupérables’’ dans un dépôt à la cité Mtoa de Keur Massar. Hier, lors d’affrontements entre policiers et de présumés pro-Sonko, des manifestants ont mis le feu au dépôt. Plusieurs bus ont pris feu sous le regard impuissant des habitants du quartier. Keur Massar n'ayant pas de caserne de sapeurs-pompiers, ces derniers ont pris du temps pour accéder aux lieux.


Ç'A CHAUFFÉ À L’UCAD

Un étudiant touché à l’œil

Les étudiants à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) se sont encore illustrés hier dans les manifestations. Dans l’après-midi d’hier, ils ont lancé des pierres sur l’avenue Cheikh Anta Diop pour protester contre la convocation du leader de Pastef Ousmane Sonko. Les forces de défense et de sécurité ont répondu avec des tirs de grenades lacrymogènes. Les étudiants ne se sont pas tenus à l'Intifada ; ils ont brûlé des pneus dans l’enceinte du campus social. Dans les échanges de tirs, un étudiant a été touché à l'œil. Il a été acheminé à l’Institut de prévoyance médico-social de l’Ucad.


MBACKE

Les FDS neutralisent les manifestants

Si à Dakar, dans divers quartiers, des Sénégalais ont pu manifester hier leur colère suite à la convocation du leader du Pastef dans l’affaire l’opposant à Adji Sarr, à Mbacké, ils ont été stoppés net. Après avoir barré la route avec divers objets,  dont des pneus, au quartier Mbacké Khéwar et au niveau de l'ancienne station Elton, les manifestants ont été dispersés par des policiers.

En effet, des éléments du commissariat urbain de Mbacké y sont parvenus à coups de grenades lacrymogènes en un temps record. Ils ont également arrêté deux manifestants. D’après certaines informations, il s’agit de l’enseignant Omar Sakho et du commerçant âgé de 28 ans Fallou Khouma. Monsieur Sakho est en service à l'école Kairé Mbaye de la localité. Ils viennent tous les deux de Touba où ils résident. Ils sont en garde à vue dans les locaux du commissariat urbain de Mbacké, sur instruction du délégué du procureur près le tribunal d'instance de cette localité. Les policiers ont, toute la journée durant, veillé à la tranquillité de la ville.         CHEIKH THIAM

HUBERT SAGNA (ZIGUINCHOR)

Section: 
ALIOUNE NDOYE, MAIRE DE DAKAR PLATEAU : ‘’Si l’État veut qu’on arrête, qu’il nous le notifie de manière officielle’’
KOLDA / DANGER PONT DE HILÈLE : Des boulons volés, le gouverneur lance la traque
ESCROQUERIE ET CHARLATANISME : Le marabout récidiviste a promis de démultiplier les 150 millions d'un mareyeur
ARRESTATION DE MAMADOU BILLO BAH ET D’OUMAR SYLLA EN GUINÉE : L’association Tournons la page Sénégal broie du noir
NOMINATIONS DU NOUVEAU RÉGIME : Quand et qui pour Matam ? 
PLACE DES FEMMES DANS LES FORCES ARMÉES : Ces défis qui attendent le Sénégal
SAISIES RECORD DE COCAÏNE À KOUMPENTOUM : En 5 mois, la douane a mis la main sur 721 kg de cocaïne  
MOBILITÉ INNOVANTE AU SÉNÉGAL : Des véhicules 100 % électriques arrivent
PASSATION DE SERVICE : La feuille de route du nouveau DG du Cices
Kafountine
RÉFLEXIONS SUR UNE BIENNALE DE L’ART AFRICAIN CONTEMPORAIN REPORTÉE : Le  OFF du Dak’ART 2024 du LebergerdelîledenGor : LA LIBERTÉ DE SE DÉPLACER
EXPLOSION DE BONBONNES DE GAZ 90 % des cas sont dus à la qualité des brûleurs
PROJET EFFORT À THIÈS : La quête de l’emploi décent pour les femmes et les jeunes
DRAME À KAFFRINE : Le policier se serait tiré une balle dans la tête
Accident tragique
Crise au Sahel
POUR ÉVITER LES TRANSITIONS ANTIDÉMOCRATIQUES EN AFRIQUE : Wanep implique les jeunes dans la réflexion
DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE AVANT LE 15 JUILLET 2024 : Les présidents des groupes parlementaires engagent le contre-la-montre  
VIH/SIDA : Cette maladie fait-elle encore peur ?
OFFRE OU CESSION D'ECSTASY ‘’VOLET’’ : Serigne Dieng et Matar Ndiaye condamnés à des peines fermes  de prison