Publié le 5 Jun 2024 - 21:24
Cédéao

 «On ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas», selon le chef de la diplomatie malienne

 

Au Mali, le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a opposé, une fin de non-recevoir à Bassirou Diomaye Faye, dimanche 2 juin. Le président sénégalais s'est rendu en fin de semaine dernière au Mali et au Burkina pour convaincre les dirigeants de transition de ces pays de revenir dans la Cédéao. Dimanche, le chef de la diplomatie malienne n'a pas nommément cité le président sénégalais mais il a martelé la position du Mali : l'Alliance des États du Sahel comme « alternative crédible » à une Cédéao présentée comme un instrument de la France.

Le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye salue le chef de la junte malienne Assimi Goita à Bamako, au Mali, le 30 mai 2024. via REUTERS - Senegalese Presidency

Le Mali, le Burkina et le Niger avaient été catégoriques. Leur départ de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en janvier dernier pour l'Alliance des États du Sahel est irréversible. Et pourtant, Bassirou Diomaye Faye, le président du Sénégal, semblait avoir l'intime conviction de pouvoir convaincre Bamako de revenir au sein de l'organisation intergouvernementale ouest-africaine. C'est en ce sens qu'il s'est rendu en fin de semaine dernière au Mali et au Burkina.

Une visite qui a des airs de coup d'épée dans l'eau. En effet, dimanche, le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, a profité de la tenue du Salon des médias du Mali pour évoquer le sujet et la visite de Bassirou Diomaye Faye en sous-texte : « Il faut que nous transformions nos organisations régionales pour que ces organisations régionales soient le reflet de nos besoins. [...] Que ces organisations ne soient pas télécommandées de l'extérieur », a-t-il martelé, avant de nommer directement la Cédéao.

« La télécommande était à Paris, ou ailleurs »

« C'est le problème que nous avons eu avec la Cédéao, avec l'Uemoa, en particulier. Nos pays ont été sanctionnés parce que la télécommande était à Paris, ou ailleurs, a-t-il pointé du doigt. Je pense qu'on ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas. On ne peut pas abandonner une partie de sa souveraineté à une organisation et que cette partie de la souveraineté soit utilisée comme une arme contre nous ». 

Un message repris par les canaux officiels du Ministère des Affaires étrangères et qui a le mérite d'être clair. Si la présidence sénégalaise, en tournée auprès de ses voisins ouest-africains, conservait un mince espoir d'infléchir la position malienne, voilà que le gouvernement concerné, la décourage publiquement. 

Pour rappel, le Mali a déjà mis en place un comité de pilotage pour son retrait de la Cédéao qui s'est réuni pour la première fois en avril. Depuis, aucune indication sur les avancées des travaux. Surtout, la consolidation de l'Alliance des États du Sahel, présentée par les trois pays comme une alternative à la Cédéao, est bel et bien en marche.

RFI.FR

Section: 
SÉANCE PLÉNIÈRE DU PARLEMENT DE LA CEDEAO : Guy Marius Sagna, le député antisystème 
FORTES TENSIONS ET RISQUES DE CONFLIT ENTRE LA CÔTE D'IVOIRE ET LE BURKINA FASO : Les raisons de l’escalade
Israël/Palestine : La Cour internationale de justice estime que l’occupation des territoires palestiniens par Israël depuis 1967 est « illégale »
Burkina : L'ex-dirigeant Damiba critique l'«aveuglement» de son tombeur Ibrahim Traoré, selon «Jeune Afrique»
DIEYNABA DIOP - PORTE-PAROLE DU PARTI SOCIALISTE : Première Franco-Sénégalaise députée
INTÉGRATION AFRICAINE : La ‘’teranga’’ gabonaise à Dakar  
COLONEL ABDOU AZIZ NDAW : ‘’La politisation de notre diplomatie est regrettable’’
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
Burkina Faso : « enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara