Publié le 2 Aug 2021 - 22:32
THEATRE DANIEL SORANO ET COVID-19

Abdoulaye Koundoul ambitionne de changer les schémas classiques 

 

Le Théâtre national Daniel Sorano (TNDS) a monté un spectacle intitulé ‘’Ndeweuneul Taggato’’, ce samedi, pour clôturer en beauté la saison 2020-2021. En raison de la crise sanitaire, le grand public est invité à découvrir une belle prestation à la télévision.

 

C’est l’heure, pour les artistes de la compagnie du Théâtre national Daniel Sorano, de faire une petite pause, après avoir offert au public des spectacles attractifs. Après ‘’Demb ak Tay’’, présenté à la Korité, avec la participation de divas de la musique sénégalaise telles qu’Adja Khar Mbaye Madiaga, Mahawa Kouyaté, le TNDS a monté un spectacle ‘’Ndeweuneul Taggato’’, ce samedi. L’objectif de cet évènement est de clôturer en beauté la saison 2020-2021 qui est pourtant marquée par la pandémie de Covid-19, mais aussi de donner aux spectateurs leur ‘’ndeweuneul’’, quelques jours après la fête de Tabaski.

Ainsi, Sorano, qui reste dans une dynamique de présenter des programmes novateurs, a accueilli cette fois-ci de grands chanteurs de tout autre acabit. Il s’agit d’Assane Mboup, Ousmane Seck, Abdou Raas, Daba Sèye et la grande cantatrice de Ngoyane Khady Mboup. Des artistes qui sont connus sous le registre de la musique moderne, mais qui ont quand même des aptitudes pour jouer de la musique traditionnelle. Ils ont fait résonner leur belle voix, avec l’accompagnement de l’Ensemble lyrique traditionnel. Encore une manière de mettre en exergue le talent sénégalais d’hier et d’aujourd’hui.

Pour le directeur de Sorano, Abdoulaye Koundoul, cela prouve que Sorano est ouvert aux autres artistes. ‘’C’est une façon de nous ouvrir aussi, parce que Sorano, c’est pour tous les artistes. On ouvre ici une brèche pour permettre aux artistes de pouvoir communier et de venir se frotter avec l’expertise et l’expérience de Sorano’’, dit-il.

 Pour lui, ‘’Ndeweuneul Taggato’’, organisé en cette fin de la saison artistique pour Sorano, est non seulement une sorte de condensé de tout ce que la compagnie théâtrale a eu à faire pendant cette saison, mais aussi un concept d’invitation.

En effet, en raison de la flambée des cas de Covid-19, liée à la 3e vague avec le variant Delta, le grand public n’a pas été invité à suivre le spectacle en présentiel. Selon Abdoulaye Koundoul qui animait un point de presse qui s’est tenu avant la captation, la RTS se chargera de la diffusion. Au programme, les téléspectateurs auront droit à un spectacle de diffusion où musique, danse (chorégraphie) et théâtre se mêlent. Un bon cocktail pour offrir une seule et unique expression. ‘’C’est bien l’occasion pour nous d’expérimenter cette fameuse assertion dans ce secteur-là : trois formes d’expression combinées en un’’, a apprécié M. Koundoul.

‘’La situation sanitaire explique aujourd’hui le fait que le spectacle ‘Ndeweuneul Taggato’ se tient sans la présence du public. Nous avons estimé que ce n’est pas responsable d’amener les Sénégalais dans des salles closes et de ne pouvoir donner des garanties que nous ne serons pas des clusters. Avec la captation, la télévision se chargera donc de le diffuser et de l’offrir aux Sénégalais dans leur foyer’’, a expliqué Abdoulaye Koundoul. ‘’L’idéal aurait été que le public assiste en live à ce spectacle-là, mais les conditions sanitaires ne le permettent pas. En ce moment-là, on assiste à une résurgence de la pandémie, avec l’apparition du variant Delta’’, a-t-il poursuivi.

D’ailleurs, l’une des périodes exceptionnelles où le TNDS a pu se produire remonte au 4 avril dernier, lors de la célébration du 61e anniversaire de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale. Un événement qui a également été fêté dans la sobriété, en mode captation et diffusion.

Le streaming

La situation sanitaire amène à réfléchir à un moyen de réinventer l’avenir. ‘’Nous ne pouvons plus continuer à reconduire nos schémas classiques. Nous sommes obligés de réfléchir sur d’autres modes de vision. Et lorsque nous lancions ce programme-là (‘’Ndeweuneul Taggato’’), au moment de faire la revue des partenaires, nous avions évoqué des travaux que nous sommes en train de faire avec la société Musik Bi’’, renseigne Abdoulaye Koundoul.

Ainsi, pour les prochains spectacles, il indique que Sorano tentera, dans la mesure du possible, de diffuser en mode streaming.

Il souligne que le streaming offre la possibilité d’élargir l’éventail de ceux qui peuvent voir le spectacle au-delà du Sénégal. A cet effet, il estime que cela introduit une nouvelle économie, parce que le streaming n’est pas gratuit. ‘’Moyennant une petite contribution et en jouant sur l’économie d’échelle, on pense qu’il est possible d’engager des sous.  Nous l’aurions eu d’ailleurs, si on avait ouvert ce spectacle-là en mode payant’’, a-t-il argumenté. ‘’En jouant sur l’économie d’échelle, une vision à 1 000 F CFA, avec la palette de potentiels intéressés qui seront partout à travers le monde, facilement, on peut aller au-delà de ce qu’on aurait pu gagner, si on est en mode payant 5 000 F par entrée. Donc, ceci amène des enseignements, ouvre des possibilités nouvelles’’, a poursuivi Abdoulaye Koundoul.

Si la crise sanitaire continue de croître, il y aura deux alternatives pour la prochaine saison, selon M. Koundoul : ‘’Dire que nous ne pouvons pas tenir le programme, parce que les conditions sanitaires ne le permettent pas ou alors, tenir le programme en essayant de voir comment explorer de nouvelles possibilités de diffusion.’’

Pour lui, cette deuxième possibilité est encore beaucoup plus logique. ‘’Cette maladie ne doit pas tout arrêter. Nous devons continuer. Quand les autorités nous demandent de vivre avec le virus, ce n’est pas pour qu’on se retire en autarcie et qu’on se dise qu’on ne va pas sortir, qu’on ne va rien faire, parce qu’il y a le virus. Moi, je pense qu’il faut continuer à faire des activités, mais aussi inventer, revisiter, changer de paradigme. Il faut continuer à faire ce que l’on fait, tout en changeant les schémas classiques qui ne s’accommodent pas avec la présence du virus’’, dit-il.

Pour rappel, ‘’Ndeweuneul Taggato’’ marque aussi le déroulé de la première activité inscrite dans le programme de Sorano qui a été publié, le 17 juillet dernier, à l’occasion de la commémoration du 56e anniversaire de son inauguration. Un programme que le DG est en train de dérouler. Le 1er septembre prochain marquera l’ouverture d’une autre saison, avec toutes les autres activités inscrites au programme.

BABACAR SY SEYE

Section: 
NOUVELLE PRODUCTION : Xalam 2 célèbre ses 50 ans de carrière avec "Retour aux Sources"
RÉPARTITION DROITS AUDIOVISUELS : Un peu plus de 100 millions donnés aux artistes
CARAVANE NATIONALE MOBICINÉ : ‘’Le mouton de Sada’’ va faire le tour du Sénégal
RECHERCHES - TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS : Près de 500 enregistrements audio réceptionnés à l’Ifan
ALBUM REGGAE - CHANGEMENT CLIMATIQUE, MANIPULATION DE MASSE… : Mam J Ras Soul dénonce tout dans ‘’Mensonge’’
BAMAZI TALLE - COLLECTION DWELL : Cet artiste qui explore les traditions africaines
DANSE SPORTIVE : Douze jeunes pépites bénéficient du savoir-faire belge
PASSATION DE SERVICE AU GRAND THÉÂTRE : Le DG sortant liste ses réalisations
Hommage à Amadou Mahtar Mbow
Présentation de l'album "Poétesse" : Samira Fall sort 12 poèmes musicaux
PROFIL - RICH WANEH (RAPPEUR) : L’ambassadeur des cultures américaine et sénégalaise
CONFÉRENCE DE PRESSE CLÔTURE FESTIVAL DE JAZZ DE SAINT-LOUIS : Le nouveau directeur du comité d’organisation prône l’élargissement des perspectives
32e ÉDITION DU FESTIVAL DE JAZZ DE SAINT-LOUIS : Mansour Faye invite le ministère de la Culture à prendre en charge l’événement
‘’BEAUTÉ MAUDITE’’ DE NDÈYE MARIÈME DIOP : La célèbre chronique adaptée à l’écran
Ouverture Festival Jazz
BOB MARLEY
SAINT-LOUIS : 32e ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ L’appui de l’État attendu impatiemment
MATAM – LITTÉRATURE : Mamoudou Sidy Ba remporte le Prix Silima 2024
STLOUIS’DOCS 2024 : Le Grand Prix décerné au film ‘’Coconut Head Generation’’ d’Alain Kassanda
AVENEMENT DU PRESIDENT BASSIROU DIOMAYE FAYE : Le changement à la tête du Sénégal est « important » et « positif », selon le cinéaste Abderrahmane Sissako