Publié le 22 Mar 2012 - 13:51
TUERIE DE TOULOUSE

Le film de la fin de Mohamed Merah

 

Après 32 heures de négociations, Mohamed Merah, le tueur présumé en scooter, est décédé dans l'assaut final mené par le Raid. Récit.

 

C'est mardi vers 3h15 que tout commence. Les policiers du Raid se positionnent rue du Sergent-Vigné, autour d'un immeuble du quartier de la Côte-Pavée à Toulouse, où a été localisé, grâce à une adresse IP et au traqueur de sooter T-Max, le suspect numéro un de la tuerie de Toulouse et des meurtres de militaires dans la région. Il s'appelle Mohamed Merah, il a 24 ans, et aurait participé au djihad à la frontière pakistano-afghane. Il se revendique d'Al-Qaïda. Ses motivations? Venger les enfants palestiniens, s'en prendre à l'armée française, pour sa présence en Afghanistan et protester contre l'interdiction du voile intégral. Merah, qui a tenté de s'engager dans l'armée, est déjà connu des services de police, pour différentes infractions commises sur le territoire national et est fiché à la DCRI.

 

Depuis l'Elysée, Nicolas Sarkozy suit les opérations minute par minute, en lien avec son ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. Le Raid prévoit d'abord une intervention éclair. Mais c'est un échec. Des coups de feu sont échangés avant que le jour ne se lève. Trois agents du Raid sont blessés: l'un au genou, l'autre à l'épaule alors que le dernier est choqué par l'impact d'une balle dans son gilet pare-balles.

 

 

"J'entends les coups de feu. J'ai très très peur"

 

Très tôt, les services de police emmènent sa mère sur les lieux de l'intervention pour tenter de la raisonner. Mais celle-ci refuse de s'adresser directement à son fils, assurant qu'elle n'a aucune emprise sur lui. Elle quitte les lieux peu avant huit heures, est placée en garde-à-vue avec son fils Abdelkader et sa belle-fille. Les autres habitants de l'immeuble sont préoccupés. "Cela faisait deux jours que l'on s'inquiétait, l'école Ozar-Hatorah est dans notre quartier, à quelques centaines de mètres de la maison. Quand on a entendu les premiers coups de feu en pleine nuit, on a clairement paniqué", raconte une voisine à L'Express. Et d'ajouter: "On ne voit pas comment il pourrait s'en sortir". Une déclaration prémonitoire, même si toute la classe politique est restée unanime jusqu'au bout: il fallait le prendre vivant pour qu'il soit jugé et interrogé. 

 

Section: 
ACTIVISTES GUINÉENS ARRÊTÉS
LEGISLATIVES EN FRANCE : La Pen de Bardella
Les défis de l'Alliance des États du Sahel (AES) et l'avenir de la libre circulation en Afrique de l'Ouest
CEDEAO/AES : Duel des sommets entre Abuja et les juntes militaires
Guerre à Gaza : Israël envoie une délégation à Doha pour négocier la libération des otages
Législatives en France : Fin du dépôt des candidatures, plus de 210 désistements pour éviter des triangulaires
Présidentielle en Mauritanie : Mohamed Ould Ghazouani réélu, selon les résultats provisoires officiels
FRANCE - ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : L'extrême droite aux portes de Matignon, Macron désavoué
DES SUITES DE TORTURES : L’ancien chef de l’armée guinéenne meurt en prison
Niger: un groupe politico-militaire enlève le préfet de Bilma et exige la libération de l’ex-président Bazoum
Trois semaines de tensions intercoréennes.
BURKINA-MALI-NIGER : La répression pour masquer l’échec
Burkina Faso : « enlèvement » de l’oncle et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara
En devenant producteur de pétrole, « le Sénégal va avoir plus des marges de manœuvre pour transformer son économie »
AFFAIRE « AIRE GUINEE » : La Guinée lance une commission rogatoire contre Cellou Dalein Diallo
SUCCESSION DE MOUSSA FAKI À LA TÊTE DE L'UNION AFRICAINE : L'opposant kenyan Raila Odinga en pole position
MONTÉE EN PUISSANCE DU RASSEMBLEMENT NATIONAL : La ‘’peur bleue’’ des immigrés en France  
Procès du massacre du 28-Septembre en Guinée : La défense de Moussa Dadis Camara tente de dédouaner l'ex-chef de la junte
France: le président Emmanuel Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale
Cédéao : «On ne peut pas être dans des organisations qu'on ne contrôle pas», selon le chef de la diplomatie malienne