Publié le 6 Jun 2023 - 18:29
A LA DÉCOUVERTE DE L’AMP DU GANDOUL

Les merveilles d’une île

 

L'Aire marine protégée (AMP) de Gandoul est un site méconnu du commun des Sénégalais. Elle regorge de nombreuses richesses et potentialités.   

 

Créée le 21 Mars 2014 par décret 2014-416, l'Aire marine protégée (AMP) du Gandoul couvre une superficie de 15 732 ha, dans la Commune de Djirnda, région de Fatick, département de Foundiougne, l'arrondissement de Niodior. De nature insulaire, elle se compose de quatorze îles dont dix sont habitées. C'est un espace parcellisé sous l'effet du passage du bras de mer le Saloum et de ses nombreuses ramifications ou bolongs. Elle est limitée à l'Est, par la commune de Djirnda, à l'Ouest, par la commune de Dionewar, au Nord par la commune de Fimela et au Sud, par la commune de Bassoul. Elle est administrée par différents organes de gouvernance que sont le Comité d'Orientation (prise de décisions), le Comité Scientifique et Technique (appui conseil) et le Comité de Gestion (mise en œuvre des activités de gestion de l'AMP). Une entité administrative de l'État appuie le Comité de Gestion de l'AMP.

Cette AMP a pour objectif de contribuer à la gestion durable des ressources halieutiques, promouvoir une gestion communautaire des ressources naturelles et améliorer les retombées socio-économiques au profit des populations. Dans les zones submergées par les marées, la mangrove domine le paysage avec 6 espèces répertoriées (Rhizophora racemosa, Rhizophora mangle, Rhizophora harrisonii, Avicennia germinans, Laguncularia racemosa, Conocarpus erectus). On y retrouve aussi des espèces tolérantes au sel (Tamarix senegalensis, Cyperus maritimus).

Sur le plateau continental, la flore est composée essentiellement d'espèces arbustives à arborées : le ‘’sidem’’ (Ziziphus mauritiana), le ‘’beer’’ (Sclerocarya birrea), le ‘’guy’’ ou baobab (Adansonia digitata), le ‘’dakhar’’ (Tamarindus indical), le ‘’ratt’’ (Combretum glutinosum), le ‘’nebneb’’ (Acacia nilotica), le ‘’ngeejaan’’ (Anogeissus lelocarpus) ... Des espèces exotiques telles que le ‘’khottbutel’’ (Eucalyptus camaldulensis), le ‘’nebeday’’ (Moringa olifera), le ‘’nebneb bu toubab’’ (Prosopis juliflora), le ‘’neem’’ (Azadirachta indica) y sont observées.

La faune est très diversifiée (faune terrestre et aquatique, avifaune sédentaire et migratrice). Cette diversité est notamment liée à l'existence de zones humides abritant des forêts de mangrove, ainsi que d'ilots de reproduction pour les oiseaux.

En outre, les différents bolongs de l'AMP abritent des espèces de faune remarquables tels que le Lamantin (Trichechus senegalensis) intégralement protégé au niveau national et inscrit dans l'annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacé d’extinction (CITES), le Dauphin à bosse (Souza teuszi), le Dauphin commun (Delphinus delphis) et les crocodiles.

On note aussi la présence d'autres espèces telles que: le chacal doré (Canis aureus), le singe vert (Cercopithecus aethiops), l’hyène tachetée (Crocuta crocuta), le serval (felis serval), la mangouste sp, le python sp., le varan du Nil (Varanus niloticus).  

Une belle diversité de poissons

Au niveau de l’AMP de Gandoul, il y a une grande diversité d'espèces de poissons tels que : l'Ethmalose (Ethmalosa fimbriata), le barracuda (Sphyraena barracuda), le mulet (Mugil sp.), le capitaine (Polydactylus quadrifilis), poica en Sérère ou lagn-lagn en wolof, le thiékem (Galeoides decadactylus), la Carangue crevalle ou saaka (Caranx hippos), les carpes (noires, rouges et grises), le brochet ou sedde (Sphyraena guachancho), le ngouka (Pseudotolithus brachignathus), le kong (Arius heudolitii), le ngoth (Pomatomus saltator), la raie ou toumboulane (Dasyatis marguarita), le thiof (Epinephelus sp.)...

Les mollusques exploités dans les parties estuariennes de l'AMP sont les huîtres (Crassostrea gasar), les cymbium ou yeet (Cymbium sp.), les Touffa (Murex sp., Thais sp.), les seiches (Sepia officinalis) et les arches ou pagne, (Arca senilis)...

Pour les crustacés, il y a les crevettes Penaeus notialis, Penaeus kerathurus, les crabes (Callinectes sp., Cardiosoma armatum et Ucatangeri ou crabe violoniste...).

Les mammifères marins et reptiles qui vivent dans l’AMP

Trois espèces de dauphin vivent dans l’AMP. Le Sousa teuszii, Delphinus delphus, Delphinus capensis y sont signalées. Il en est de même du lamantin (Trichechus senegalensis) dans le bolong de Soum.

Les reptiles sont représentés par les tortues marines et le crocodile.

En outre, l'avifaune est essentiellement constituée d'espèces inféodées aux zones humides dont la plupart appartiennent au groupe des limicoles notamment les barges (Limosa sp.), les bécasseaux (Calidris sp.), les sternes (Sterna sp.), les chevaliers (Tringa sp.), les mouettes (Larus sp.), le Tournepierre à collier (Arenaria interpes), l'Échasse blanche (Himantopus himantopus), les oedicnèmes (Burhinus sp.), I'Huîtrier pie (Haematopus ostralegus), les pluviers et les gravelots (Charadrius sp.), les vanneaux (Vanellus sp.), les courlis (Numenius sp.), etc.

Mais, en plus des limicoles, on trouve dans la zone d'autres oiseaux d'eau comme les pélicans (Pelicanus sp.), les aigrettes (Aigretta sp.), les martins pêcheurs (Ceryle sp.), les cormorans (Phalacrocorax sp.), les hérons (Ardeola sp.), les flamants (Phoenicopterus sp.), les spatules (Platalea sp.)...

À côté des oiseaux d'eau, on rencontre dans la zone le francolin (Francolinus sp.), la pintade (Numida sp.), la tourterelle (Streptopelia sp.), les pigeons (Columba sp.), les merles (Lamprotornis sp.), les rapaces diurnes (vautour, milan, etc.) et nocturnes (duc, effraie, hibou...).

Classé patrimoine historique et culturel

L’AMP de Gandoul est classé patrimoine historique et culturel par l’UNESCO.  L'accès dans ces bolongs est formellement réglementé en fonction des jours de la semaine. Il existe des Interdits particuliers dans certains bolongs où le bruit, la lumière et certaines couleurs y étaient prohibées. C'est le cas notamment de Laga, où il est interdit de porter des habits de couleur rouge ou de Mbolongaas près de Diamniadio ou le wolof est prohibé. Dans le bolong de Saaxoor, il était défendu de prononcer le mot ‘'sipax’’.  

Gandlane, Mbalbatou, Ngangthior, I'Thiourakh, Mbolmboll, Naimsiro, etc., sont des lieux de culte dans la Commune. Certains d'entre eux (lieu d'escale de Cheikhou Oumar Foutiyou Tall à Maya) font l'objet de vénération et accueillent annuellement des pèlerins qui viennent de différents horizons.

La cueillette malacologique, essentiellement pratiquée par les femmes, tend progressivement à se moderniser avec l'utilisation de techniques de cueillette améliorées, le tamis à maillage réglementaire pour les arches, la préservation des racines de palétuviers lors de la cueillette des huitres, la confection et l’usage d'équipements sécuritaires, etc.

La pêche à la crevette est pratiquée principalement dans les estuaires. Elle est effectuée pendant la nuit avec différents types de filets. Toutefois, la réglementation limite la maille des filets à 14 mm. On distingue différents types de pèches à la crevette: la pêche au filet canal ou filet fixe (moudiass) avec des mailles de 14 mm de côté: la pêche au filet dérivant (féle félel) pratiquée à proximité des berges, la pêche au filet ramasseur (killi) ou (laawkhous) qui est une pêche à pied, elle prédomine dans l'estuaire du Saloum.

Site touristique

La Commune de Djirnda regorge d'importantes potentialités touristiques. En effet, en plus de son riche patrimoine culturel et historique, elle abrite un réseau de bolongs et de vasières avec une avifaune riche et variée, favorable au développement du tourisme de vision et de la pêche sportive.

Le village de Fambine propose deux circuits écotouristiques: un circuit pédestre permettant l'observation d'amas coquilliers, la visite de vasières (site abritant diverses espèces d'oiseaux), la visite du village, la découverte des valeurs traditionnelles et des activités socio- économiques des femmes (transformation des produits halieutiques, activités artisanales, exploitation de produits forestiers non ligneux...) et un circuit fluvial pour la découverte de l'écosystème de mangrove, de certaines espèces de poissons, de crabes. d'oiseaux d'eau, d'activités de pêche à la ligne.

CHEIKH THIAM

Section: 
ALLÈGEMENT DU COÛT DE LA VIE : Les premières mesures jugées ‘’plus urgentes’’
BAISSE DES PRIX DE DENRÉES ANNONCÉE PAR L’ÉTAT : Les Thiessois attendent de voir
APUREMENT DETTE DUE AUX PRESTATAIRES DE SOINS DU CSU : L’État paye 3,7 milliards F CFA aux EPS et DRS
PREMIER BARIL DE PÉTROLE - CONTRÔLE, COÛTS DE LA PRODUCTION… : Les demandes de Legs Africa
RAPPORT BM - CROISSANCE ÉCONOMIQUE : Le Sénégal se projette à 7, 4 % en 2024-2026
PETROGAZ, ALLÈGEMENT DU COÛT DE LA VE, POUVOIR D’ACHAT… : Les annonces du gouvernement
PÉTROLE ET GAZ : Le rêve de grandeur
BAISSE DES PRIX : Les mesures connues ce jeudi
INVESTISSEMENTS CHINOIS AU SÉNÉGAL : Plus de 660 milliards F CFA injectés en 10 ans  
NATIONALISATION, RACHAT DE CRÉANCES, TENSIONS DE TRÉSORERIE : 120 milliards dans le vent 
FIRST OIL : Fini le pétrole dans 20-30 ans, si…
Khuwaylid Capital
EXPLOITATION DES PHOSPHATES AU SÉNÉGAL : Les ICS, chronique d’un désastre permanent 
BAISSE DES PRIX : Ousmane Sonko donne Rv la semaine prochaine
INDUSTRIES CHIMIQUES DU SÉNÉGAL : Indorama doit 200 milliards FCFA à l'État du Sénégal
COOPERATION SENEGAL-MAURITANIE 500 nouvelles licences de pêche aux pêcheurs sénégalais
CONFERENCE POLITIQUE DES JEUNES DE « PASTEF/LES PATRIOTES » : Ousmane Sonko expose le « Projet » à la jeunesse ce dimanche
HARMONISATION DES SYSTEMES EDUCATIFS : Pour une meilleure mobilité des diplômés dans l’espace CEDEAO
RECOURS AUX EUROBONDS À DES TAUX ÉLEVÉS : La spirale de la dette
SOMMET COREE-AFRIQUE 2024 : Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, avocat du continent à Séoul